Napoléon à la Conquête de l'Europe (1805 - 1812) [partie 2/3]

8 min de lecture | 2 152 mots

Après treize siècles, durant lesquels soixante Rois ont fait la France, et après une période de chaos révolutionnaire, Napoléon se sacre lui-même Empereur des Français, le 2 décembre 1804. Il jouit à présent d'une aura comme aucun souverain n'en a connu. Cette renommé légitime ses actions, notamment militaires.

 

Le Royaume-Uni, l'ennemi héréditaire

Mais l'ennemi héréditaire anglais est encore vivace. Il entraîne alors l’Espagne dans la guerre contre le Royaume-Uni car il a besoin de sa flotte militaire. Il a maintenant réuni suffisamment d’armée le long de la Manche, Napoléon est prêt à envahir l'île.

La France et son allié espagnol entrent en guerre contre le Royaume-Uni. Pour ce faire, Napoléon charge la flotte française en Méditerranée de se diriger vers les Antilles, afin d’y attirer la puissante Royal Navy, et ensuite remonter précipitamment vers la Manche, pour permettre le débarquement militaire.

Mais lors du retour, le plan échoue. La flotte française est repérée et attaquée le long des côtes espagnoles. Elle se retrouve alors coincée à Cadix. Mais pour Napoléon, l’Empereur des français et Roi d’Italie, le plan a déjà changé, car le Royaume-Uni a convaincu la Russie et l’Autriche de former une nouvelle coalition anti-française. C'est le Traité de Saint-Petersbourg, signé en 1805. Les Britanniques financeront la guerre.

 

La troisième coalition contre Napoléon

L’Autriche envoie une armée vers l’Italie et une seconde en Bavière où l’armée russe doit la rejoindre. Napoléon lance alors sa Grande Armée à toute vitesse vers la Bavière afin d’arriver avant les russes. Il fait diversion en envoyant un corps d’armée dans la Forêt noire, là où les autrichiens l’attendent de pied ferme. Pendant que le gros des troupes les contourne par le Nord, les autrichiens découvrent trop tard qu’ils sont encerclés.

Cinq jours plus tard, 25 000 soldats se rendent sans combattre. Pendant ce temps, Napoléon ordonne à sa flotte, bloquée à Cadix, de rejoindre la Méditerranée. Les flottes françaises et espagnoles tentent de mettre fin au blocus, mais elles sont détruites par la flotte britannique de l’amiral Nelson qui meurt pendant la bataille. C'est la Bataille de Trafalgar. Le Royaume-Uni confirme sa suprématie maritime.

Trafalgar

La Domination Française

La Bataille d'Austerlitz

En Autriche, l’armée russe recule vers le Nord-Est pour y attendre des renforts, libérant la route de Vienne aux français. Alors qu’au plus au sud, la seconde armée autrichienne est battue et se replie. Napoléon s’empare de la capitale, y laisse une bonne partie de son armée, puis part avec 60 000 soldats à la rencontre de l’armée du Tsar de toutes le Russies, Alexandre Ier, qui a été renforcée par les restes de l'armée de l'Empereur d'Autriche François Ier.

En infériorité numérique, Napoléon poste ses troupes sur le stratégique plateau du Pratzen. Il étudie le terrain et réfléchit à un plan. Le soir du 1er décembre, alors que l’armée austro-russe approche, il ordonne à ses troupes de reculer, faisant mine de fuir. L’armée des coalisés en profite et s’empare du plateau pour la nuit.

Bataille d'Austerlitz

Le lendemain matin, persuadés que les français battent en retraite, 40 000 russes chargent vers le Sud. Les Français, en minorité, résistent tant bien que mal à l’offensive, alors que plus au Nord, dissimulé derrière des collines, le gros de l’armée française attaque par surprise et récupère le plateau. L’armée austro-russe se retrouve divisée en deux. 

Les alliés tentent à tout prix de reprendre le plateau mais échouent. L’armée du Nord est repoussée vers l’Est, tandis que les français encerclent les milliers de soldats russes au Sud. Ceux-ci, paniqués, tentent de fuir sur les étangs gelés. L’artillerie française tire sur la glace et la brise, faisant de nombreuses victimes.

La victoire française est totale, l’Empereur d’Autriche négocie la paix, lors du Traité de Presbourg, signé le 26 décembre 1805. L'Autriche perd le contrôle des états allemands. C’est la fin du Saint-Empire Romain Germanique qui sera remplacé par la Confédération du Rhin, sous la protection de Napoléon. Ce dernier nomme son frère Joseph Roi de Naples et son autre frère Louis Roi de Hollande.

A Paris, il entame la construction de l’Arc de Triomphe pour y célébrer ses futures victoires.

Arc de Triomphe

La Quatrième Coalition contre Napoléon

La Prusse voit d’un très mauvais oeil la gestion française des états allemands. Le pays s’allie avec d’autres puissances pour former une Quatrième Coalition contre la France. Trois armées prussiennes partent en Saxe et un ultimatum est lancé aux français, exigeant leur retrait àl’ouest du Rhin.

Napoléon part à leur rencontre avec sa Grande Armée. Dès les premiers contacts entre les avant-postes, les Français prennent le dessus, faisant reculer les armées prussiennes vers Leipzig.

Mais l’armée française, plus rapide, les rattrape et s'immisce entre les deux armées principales. Napoléon fait alors une erreur d’appréciation, pensant que la grande armée est au Sud, il envoie une petite armée de 25 000 hommes au Nord. Ceux ci se retrouvent en réalité face à la grande armée prussienne de plus de 60 000 hommes. Pourtant ce jour là, les deux batailles sont gagnées par les français, ouvrant les portes de Berlin à Napoléon.

Napoléon à Berlin

La Campagne de Pologne

Maintenant que la Prusse est soumise, Napoléon s’attaque aux russes. En chemin, il entre dans l’ancienne Pologne, vaincue et partagée 10 ans plus tôt par la Russie, la Prusse et l’Autriche. Les français y sont accueillis en héros libérateurs alors que des milliers d’hommes rejoignent les rangs de l’armée.

La Bataille d'Eylau

Les russes évitent le combat et battent en retraite dans l’attente de renforts. Finalement les deux armées se rencontrent pour deux jours de combats acharnés à la Bataille d'Eylau, qui coûtent la vie de milliers d’hommes.

Charge de cavalierie d'Eylau

Les deux camps sont éprouvés et ont besoin de temps pour recruter de nouvelles forces. Quatre mois plus tard, les russes tentent de surprendre les français en lançant une attaque frontale, à Heilsberg.

La Bataille de Friedland

Mais ils sont repoussés puis poursuivis. Une seconde bataille, la Bataille de Friedland, est cette fois décisive et chasse l’armée russe au delà du fleuve Niémen. Épuisées par la guerre, les deux puissances sont incapables de se neutraliser.

 

Les Traités de Tilsit

Elles organisent alors la signature des Traités de Tilsit, en 1807. Le rendez-vous est donné sur un radeau construit pour l’occasion sur le fleuve Niémen. Napoléon et le Tsar Alexandre Ier y négocient le traité. La Prusse perd la moitié de ses territoires. Ceux à l’Ouest sont annexés au Royaume de Westphalie dont Jérôme Bonaparte devient le Roi. A l’Est, le Duché de Varsovie est créé, allié à la France, il fera une excellente base arrière en cas de futures guerres. La Russie de son côté reçoit l’autorisation de s’emparer de la Finlande.

Enfin les deux puissances s’allient contre le Royaume Uni pour qui la situation est critique. Un équilibre des forces sur le continent lui paraît indispensable pour sa sécurité. Les nombreuses guerres ont vidé les caisses britanniques et maintenant Napoléon tente le coup de grâce en lui imposant un blocus continental : aucun port européen ne peut accepter de navire commercial britannique. Mais tout le monde n’est pas d’accord avec cette politique, dont le Portugal, l’allié historique des britanniques.

 

La Campagne d'Espagne

La Prise de Lisbonne

En réaction, Napoléon veut envahir le Portugal. L’allié espagnol se joint à l’offensive et autorise aux troupes françaises de traverser son territoire, lors du Traité de Fontainebleau.

Le mois suivant, l’armée franco-espagnole s’empare de Lisbonne, faisant fuir la famille royale au Brésil. Mais après cette victoire, de nouvelles troupes françaises sont envoyées en Espagne. Napoléon commence à avoir des vues sur le pays qui n’est plus la grande puissance d’antan.

Après une tentative de coup d’état orchestré par Ferdinand contre son propre père, le Roi Charles IV, les deux partent à Bayonne pour demander à Napoléon de régler la situation.

Alors qu’à Madrid, la population se soulève contre l’occupant français, la révolte est violemment matée, Napoléon décide ensuite de placer son frère Joseph sur le trône du pays. Alors que son beau frère Murat obtient le Royaume de Naples.

Joachim Murat

La Guerilla Espagnole contre l'occupant

Après le massacre de la révolte madrilène, dans tout le pays, la population espagnole est furieuse. Des milices se forment et organisent une guérilla contre l’occupant. Les garnisons françaises isolées et les lignes de communication sont visées. Les Français sont torturés et massacrés. En réponse, les armées françaises rasent les villages soupçonnés d’héberger des rebelles.

Dans les années à venir, la France devra sans cesse renforcer sa présence militaire pour tenter de soumettre les villes et les zones rebelles.

Au Sud, une armée française est battue, pris de panique, Joseph Bonaparte fuit Madrid avec son armée. L’information se répand dans toute l’Europe, motivant des mouvements anti-français.

Au même moment, une armée britannique débarque au Portugal.

Bataille de Bailen - Espagne

La Grande Armée en Espagne

Napoléon veut régler lui-même la situation avec sa Grande Armée. Mais craignant d’être pris à revers par l’Est, il organise une entrevue à Erfurt avec le Tsar pour tenter de renforcer leur alliance. Mais il n’obtient rien de convainquant.

Il envoie tout de même une partie de sa grande armée vers la péninsule où les armées espagnoles, divisées et mal organisées sont écrasées en un mois. Alors que l’armée britannique est poursuivie, Napoléon apprend que l’Autriche s’apprête à rentrer en guerre. Il laisse ses armées et quitte précipitamment le pays. 

A l’Est, l’armée autrichienne entre en Bavière, avec l’espoir d’être rejointe par la Prusse et la Confédération du Rhin, au nom d’un nationalisme allemand. Mais ça n’arrivera pas. De son côté, Napoléon demande à la Russie d’entrer en guerre contre l’Autriche, ce qui est refusé.

Napoléon en Bavière

La Cinquième Coalition contre Napoléon 

Une Cinquième Coalition est formée, mais dans les faits, l’Autriche se retrouve bien seule face à Napoléon. En quelques jours, son armée est divisée en deux. Le gros des troupes réussi de justesse à fuir au Nord du Danube, laissant la voie libre vers Vienne. Napoléon s’empare une seconde fois de la capitale, alors que les armées autrichiennes se postent au Nord du Danube.

Napoléon contre la Cinquième Coalition

Pour une victoire totale, Napoléon doit trouver un moyen de traverser le fleuve, mais les ponts ont été détruits. Il entame alors la construction de ponts puis tente une traversée. Mais une puissante offensive autrichienne repousse les français sur l’île de Lobau. C’est la première défaite majeure de Napoléon, qui s’installe à Vienne le temps de renforcer son armée et d’organiser une nouvelle offensive.

En une nuit, il fait passer plus de 140 000 soldats de l’autre côté du Danube. Lors de la Bataille de Wagram, après deux journées de combats acharnés et sanglants, les autrichiens battent en retraite et demandent l’armistice. C'est le Traité de Schönbrunn, signé en 1809.

Bataille de Wagram - Napoléon

Le Traité de paix est sévère pour l’Autriche qui y perd de nombreux territoires et qui n’a plus d’accès à la mer. De plus, Napoléon qui n’arrive pas à avoir une descendance légitime avec Joséphine, organise son divorce puis épouse Marie-Louise, la fille de l’Empereur d’Autriche le 11 mars 1810. Le 20 Mars 1811, Marie-Louise donne naissance à l’héritier tant attendu : Napoléon. Celui-ci est nommé de Roi de Rome.

En France, la situation économique se dégrade. Les guerres, et surtout les 300 000 soldats postés en Espagne coûtent cher et demandent beaucoup de ressources.

 

Le Débarquement de Welligton au Portugal

En 1812, une nouvelle armée britannique, conduite par Wellington débarque au Portugal et prend le dessus et repousse les français. Ceux-ci demandent des renforts à Napoléon, mais ne les obtiennent pas car ce dernier concentre désormais toutes ses forces au Duché de Varsovie.

La relation avec la Russie s’est détériorée, Napoléon s’apprête à envahir le pays. La Campagne de Russie sera l'épisode le plus tragique de l'épopée Napoléonienne, mais aussi le celui qui poussera à bout les forces de la Grande Armée. C'est le début du déclin de l'Empire Français. Lire notre article La Chute de l'Empire Napoléonien.

La Chute de Napoléon

Source : https://www.youtube.com/channel/UCYP6V7c4M026AXMr4ng6aQA/videos

Merci, l'ami, d'avoir lu jusqu'au bout, n'hésite pas à nous faire part de ton ressenti dans la section 'commentaires'. A bientôt. 

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés

NOS MONTRES