La Chute de l'Empire Napoléonien (1812 - 1821) [partie 3/3]

Nous sommes en 1812. L'Empire Napoléonien est à son apogée. Napoléon contrôle presque tout le continent européen. Il a soumis la Prusse et l’Autriche et s’impose difficilement en Espagne.

Carte Europe 1812 Naopléon

Le Royaume-Uni reste son plus gros adversaire. L’île est trop bien défendue par sa puissante Royal Navy pour être envahie, et le pays a envoyé des armées au Portugal pour chasser les français avec l’appui des forces locales. Ils menacent maintenant de reprendre l’Espagne.

A l’Est, la Russie, bien qu’elle soit officiellement alliée à la France se montre froide et fermée. Elle n'a jamais soutenu Napoléon dans ses guerres et refuse désormais de pratiquer le blocus continental imposé par ce dernier au Royaume-Uni.

Pour Napoléon, cette situation ne peut être tolérée. Il forme le dessin de faire plier le Tsar militairement. Il rassemble alors plus de 650 000 soldats en provenance de toute l’Europe, qu'il poste aux frontières russes.

La Grande Armée de Napoléon

De son côté, la Russie signe la paix avec l’Empire ottoman, lors du Traité de Bucarest, puis prépare ses troupes aux frontières. Napoléon espère une attaque éclaire ⚡ et une victoire facile qui obligerait le Tsar à négocier la paix.

La Campagne de Russie 

La Bataille de la Moskova

Ses armées traversent le fleuve Niémen en direction des armées russes. Son aile Sud est couverte par l’armée autrichienne et son aile Nord par la Prusse. Mais les armées russes, largement en infériorité numérique, évitent le combat et s'enfoncent dans les terres.

Bataille Moskova

Napoléon accélère alors le rythme pour tenter de les rattraper. Ses lignes d’approvisionnement s’étirent trop rapidement, ce qui demande une excellente organisation et beaucoup d’hommes. D’autant plus qu’en reculant, les russes pratiquent la politique de la terre brûlée, ne laissant aucunes ressources aux assaillants.

Éprouvés par la chaleur, de nombreux soldats meurent d'épuisement en chemin. Finalement, aux portes de Moscou, Napoléon et les 130 000 hommes qui lui restent, font face à 120 000 russes.

La Bataille de la Moskova est une hécatombe, les français l’emportent difficilement à Borodino

Napoléon à Borodino - Campagne de russie

L'incendie de Moscou

Napoléon et ses 100 000 hommes entrent dans Moscou qui a été vidée de sa population. Une semaine plus tard, des soldats russes mettent le feu à la ville.

Incendie de Moscou

Pendant cing semaines, Napoléon tente à tout prix de négocier la paix avec le Tsar, mais il ne reçoit aucune réponse de sa part.

La Retraite de Russie

Finalement, voyant l’hiver approcher, Napoléon est contraint de battre en retraite. En chemin, son arrière-garde est harcelée, alors que plus à l’Ouest, deux armées russes s’apprêtent à le bloquer dans sa retraite.

La Retraite de Russie

Napoléon comprend qu’il doit accélérer, si il ne veut pas que son armée soit anéantie. Ses troupes, épuisées et affamées, subissent maintenant les affres du gel et de la neige. Les chevaux meurent d’épuisement et sont mangés par les soldats, alors que l’artillerie est abandonnée.

Arrivé au fleuve Bérézina, une armée russe est postée en face du pont afin de les bloquer. Napoléon envoie discrètement des hommes plus au Nord pour construire deux ponts. Finalement, alors que les troupes françaises traversent le fleuve, l’armée russe du Nord les rattrape. Pour empêcher leur poursuite, les ponts sont brûlés, condamnant 10 000 soldats qui n'ont pu traverser à temps.

Seuls quelques dizaines de milliers de soldats parviennent à quitter la Russie, alors que Napoléon part seul pour Paris.

Retraite de Russie

La Sixième Coalition

Le Rassemblement des Forces

Arrivé à Paris, Napoléon lève en urgence une nouvelle armée. De son côté, le Tsar, bien qu’épuisé par cet épisode, continue l’offensive car il sait qu’il a beaucoup à gagner à être le libérateur de l’Europe. Il se rapproche diplomatiquement de la Prusse qui y voit la possibilité de libérer la Confédération du Rhin et d’y devenir la nouvelle puissance influente.

Le Roi de Prusse prépare discrètement ses armées. L'Autriche choisi de rester neutre pour le moment, alors que la Confédération du Rhin reste fidèle à Napoléon.

 

 

Une fois l’armée russe aux portes de Berlin, la Prusse déclare la guerre à la France

Ensemble, les coalisés partent en Saxe pour y battre le reste de la Grande Armée. Mais ceux ci sont finalement rejoints par la nouvelle armée de Napoléon qui, en quelques victoires brillantes, oblige la Prusse et la Russie à demander une trêve. C'est l'Armistice de Pleiswitz, signée en 1813.

Wellington reprend l'Espagne

Pendant ce temps dans la péninsule ibérique, l’armée de Wellington, avec les forces portugaises et espagnoles s’est emparée de Madrid et s'apprête à chasser les français du pays.

Une Guerre Diplomatique

Pendant la trêve, alors que les armées sont renforcées dans les deux camps, la bataille se joue au niveau diplomatique. La Suède rejoint la coalition alors que l’Autriche offre une médiation à Napoléon, lors du Congrès de Prague. Elle propose de revenir aux frontières dites naturelles de la France contre la paix.

 

La Campagne d'Allemagne

Mais Napoléon ne fait pas suite à cette offre, l’Autriche rejoint alors la coalition. La trêve est interrompue puis trois grandes armées marchent sur la Confédération du Rhin. Leur avancée oblige Napoléon à jouer la carte défensive. Il recule jusqu'à Leipzig où a lieu la Bataille des Nations, dernier acte de la Campagne d'Allemagne, qui oppose un demi million d’hommes.

Pendant trois jours, les français et leurs alliés résistent à l’offensive, mais assiégés sur trois fronts, ils doivent finalement battre en retraite. Dans leur fuite, l’unique pont est détruit trop tôt, condamnant un tiers de l’armée française. Napoléon passe le Rhin avec seulement 70 000 hommes, alors que la Confédération du Rhin rejoint la coalition.

 

La Campagne de France

Début 1814, la Campagne de France est la phase finale de la guerre menée par la Sixième Coalition contre l'Empire Français. Napoléon tente d'arrêter l'invasion de la France face à des forces coalisées très supérieures en nombre. Malgré cela, Napoléon résiste héroïquement en remportant pas moins de quatorze victoires.

En Espagne aussi, l’armée française, poursuivie par Wellington, a été repoussée jusqu’aux frontières. 

Abdication de l'Empereur et Exil

Napoléon ne peut arrêter la convergence inexorable des armées coalisées vers Paris. Lorsque les troupes prussiennes et russes entrent dans Paris, l'Empereur se réfugie à Fontainebleau et est contraint d’abdiquer, le 6 avril 1814.

Abdication de Napoléon

Le Congrès de Vienne décide de son sort. Il perd alors tout ses pouvoirs et est ensuite contraint de s’exiler, avec quelques centaines d’hommes sur l'île d'Elbe, dont il devient le souverain.

Le Rétablissement de la Monarchie

En France, la monarchie est rétablie, le Roi Louis XVIII ⚜️ monte sur le trône. Nous sommes en 1814.

A Vienne, les vainqueurs se réunissent pendant plusieurs mois pour y négocier les nouvelles frontières du continent et tenter d’établir un nouvel ordre pacifique.

Louis XVIII

Les représentants des petits états n’ont pas vraiment leur mots à dire. Ce sont surtout les grandes puissances qui mènent les débats et qui se partagent les territoires.

Le Duché de Varsovie est majoritairement annexé à la Russie. La Prusse s’étend vers l’Ouest, alors que la Confédération du Rhin, devient la Confédération Germanique

L’Autriche récupère de nombreux territoires perdus, alors qu’en Italie, renaissent les anciens royaumes : le Royaume de Piémont-Sardaigne, le Royaume de Toscane, le Royaume des deux Siciles et les États Pontificaux

Le Royaume-Uni des Pays-Bas et la Suède-Norvège sont créés.

Enfin, la neutralité de la Suisse est reconnue par tous.

Depuis son île, Napoléon suit de près l’évolution sur le continent et surtout en France.

Sachant l’arrivée du Roi Louis XVIII, peu appréciée par la population, il décide de retenter sa chance et repart secrètement vers la France. Nous sommes en 1815.

Napoléon quitte Elbe

Les Cent-Jours

Napoléon débarque près de Cannes avec quelques centaines d’hommes. En chemin vers Paris, il est acclamé dans les villes qu'il traverse, alors que les armées françaises le rejoignent.

Arrivé dans la capitale, le Roi Luis XVIII a déjà fuit, Napoléon récupère le pouvoir, sans verser une goutte de sang. Mais à Vienne, les chefs d’états forment une Septième Coalition.

 

La Septième Coalition

La Bataille de Waterloo

Napoléon déclare alors la mobilisation générale, tout le pays se prépare à la guerre.

Au Pays-Bas, une armée sous le commandement du Duc de Wellington se prépare, alors qu’en Prusse l’armée de Blücher part à sa rencontre.

A l’Est, une armée autrichienne attend d’être rejointe par l’armée russe qui devrait arriver plusieurs mois plus tard.

 

 

Pour Napoléon, il faut prendre l'initiative. Si il empêche la jonction entre le Duc de Wellington et Blücher, il aura peut-être le temps d’ensuite empêcher la jonction entre l’Autriche et la Russie.

Il part donc sans tarder avec 125 000 hommes. A son arrivée, l'armée prussienne est étirée et désorganisée, alors que l’armée du Duc de Wellington, composée de Britanniques, d’Hollandais et d’États allemands est postée près de Bruxelles.

Napoléon réussit de justesse à empêcher la jonction et a repousser les deux armées plus au Nord. Une armée de 30 000 hommes part à la poursuite des prussiens, tandis que Napoléon part à la rencontre de Wellington qui s’est positionné sur une crête à Waterloo.

Duc of Wellington à Waterloo

Le lendemain, l’armée française dirigée par Grouchy arrive à Wavre. Le gros de l’armée prussienne part alors vers Waterloo et, au lieu de les poursuivre, Grouchy s’attaque aux garnisons restées dans la ville.

A Waterloo, Napoléon et Wellington entament une bataille acharnée. En fin d’après-midi, alors que Napoléon prend le dessus, il aperçoit au loin des troupes revenir de l'Est, il pense alors qu'il s'agit du retour victorieux de Grouchy. Il n'en est rien. C'est l'armée prussienne de Blücher.

Napoléon à Waterloo

Napoléon est contraint de concentrer des hommes sur ce nouveau front, ce qui lui fait perdre la Bataille de Waterloo.

L'Exil à Sainte-Hélène 

Napoléon rentre à Paris, il tente une dernière fois d’obtenir du gouvernement de monter une armée, mais cette fois, il ne l'obtient pas.

Il part alors incognito à Rochefort, d’où il espère embarquer dans un bateau vers les États-Unis. Mais le port est contrôlé par des soldats britanniques. 

Napoléon à Rochefort

Après plusieurs jours d’errance, se sachant recherché, il tente sa chance et demande aux britanniques de l’emmener aux États-Unis.

Ceux-ci l’embarquent directement dans un bateau, mais l’envoient vers l’île de Sainte-Hélène qui sera sa dernière prison.

Napoléon en exil à Sainte Hélène

Isolé au milieu de l’Atlantique, il ne pourra plus influencer personne. Surveillé de près, Napoléon s’y ennuie profondément.

Il écrit ses mémoires, puis tombe malade. Il meurt le 5 Mai 1821.

D’abord enterré sur l’île, son corps est exhumé en 1840 pour être ramené aux Invalides à Paris. Ses grognards lui rendent alors un dernier hommage.

Retour des Cendres de Napoléon aux Invalides

Ainsi s'achève la plus fulgurante conquête européenne que l'histoire ait connu. Napoléon a fait briller la France en jetant les base de l'ère dans laquelle nous sommes aujourd'hui, même s'il faut admettre que son héritage a largement été travesti par une idéologie qui n'a plus grand chose à voir avec le mérite éclatant de son épopée magistrale. Vive l'Empereur !

Source : https://www.youtube.com/channel/UCYP6V7c4M026AXMr4ng6aQA/videos

Merci, l'ami, d'avoir lu jusqu'au bout, n'hésite pas à nous faire part de ton ressenti dans la section 'commentaires'. A bientôt. 

1 commentaire

Très bien présentée, excellent site, je recommande.

D'ARUNDEL DE CONDE 08 octobre 2020

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés

NOS MONTRES