Chevaliers Templiers :
la Véritable Histoire de l'Ordre

CROIX TEMPLIER

Vous avez dit Templiers ?

Un Complot contre les Templiers

En raison de leur secret et de leur pouvoir, les Templiers fascinent toujours autant, plus de 700 ans après leur disparition, notamment de par leur mystérieux trésor.

De nombreux préjugés gravitent autour de la légende des Chevaliers du Temple. Pourquoi captent-ils autant notre imagination ? Qui étaient au juste ces Chevaliers au Moyen Âge ?

10 minutes de recherches sur Internet avec les mots "Templiers" et "Conspiration" vous font trouver toutes sortes de théories du complot.

T-Shirts Templiers

Notamment, les Templiers apparaissent comme des personnages mystérieux et obscurs dans des films hollywoodiens comme Da Vinci Code, où ils sont liés au Protocole des Sages de Sion, en tant que gardiens des descendants de Jésus et Marie-Madeleine.

Plus généralement, les Templiers sont liés à de nombreuses insinuations et rumeurs : le Mont du Temple, l'Arche d'Alliance, le Saint Graal, la Vraie Croix, le Suaire de Turin et les Francs-maçons.

Certaines des histoires les plus folles lient les Templiers à l'assassinat du président John F. Kennedy en 1963 et même à la démission du pape Benoît XVI en 2013.

En espérant que vous trouverez un peu de matière pour battre en brèche tous ces mystères complotistes.

Templiers Deus Vult

Histoire des Templiers

Nous allons vous conter l'histoire de ces chevaliers très influents. Cela s'apparente à un récit d'intrigue, fait de châteaux médiévaux 🏰 et d'épopées chevaleresques, digne d'un film policier. Une histoire qui n'a pas besoin d'être inventée pour être vraie.

Création de l'Ordre des Templiers

Les Chevaliers du Temple - les Templiers, pour faire court - s'établissent au début des années 1100 en vertu d'une règle écrite par l'abbé et célèbre cistercien Bernard de Clairvaux. Il modifie alors les règles existantes pour les communautés monastiques religieuses afin de répondre à la nécessité d'un ordre armé en vue de mener les Croisades. Cette règle et le mode de vie des Templiers deviennent le modèle d'une douzaine d'ordres religieux militaires au Moyen Âge.

Bernard de Clairvaux appelle à la Croisade

La Première Croisade initiée par Urbain II

L'histoire commence au moment des Croisades. En 1095, le pape Urbain II prend acte de l'exaspération de pèlerins à qui les Turcs barrent dorénavant l'entrée de Jérusalem et demande aux chevaliers chrétiens européens de cesser de se battre entre eux et de reprendre la Terre Sainte aux musulmans. Le discours du pape y envoie des milliers de chevaliers, de fantassins et une importante main-d'œuvre de soutien à travers l'Europe, ce qui aboutit à la prise de Jérusalem en 1099. Mais il ne s'agissait pas d'armées unifiées sous une direction serrée. Il était clair qu'il fallait de l'ordre, du contrôle et des normes.

Templier prêt au combat

Prise de Jérusalem par les Croisés

Les Templiers voient le jour à cette époque. Au début, ils sont une dizaine de chevaliers français avec leur suite qui escortent les pèlerins de la côte méditerranéenne vers la ville sainte de Jérusalem et d'autres sites de la région, tels que Bethléem, Béthanie, Nazareth et le Jourdain. Les musulmans s'organisent et réagissent rapidement en reprenant des terres à cette même époque. Leurs victoires conduisent à la deuxième Croisade (1147-1149), promue par ce même Bernard de Clairvaux.

À cette époque, il est clair que pour que les chrétiens européens puissent maintenir leur emprise sur Jérusalem et sécuriser les passages vers la Terre Sainte, une présence militaire plus organisée et permanente doit être mise en place. La plupart des chevaliers de la première Croisade quittent simplement Jérusalem après avoir pris la ville en 1099. Ce groupe de chevaliers escorteurs français devient alors la graine des Templiers.

Templiers Prise de Jérusalem

Chevaliers du Christ

Dans sa Règle de l'ordre, Éloge de la nouvelle chevalerie, écrite en 1128, Bernard de Clairvaux appelle ces combattants "Chevaliers du Christ". Il les voit comme des moines-guerriers. Les Templiers et d'autres ordres considèrent d'abord que leur tâche consiste à se battre pour protéger les pèlerins en Terre Sainte, même si cela signifie prendre les armes tout en respectant les trois vœux monastiques traditionnels de pauvreté, de chasteté et d'obéissance. Plus tard, cela évolue et leur but est de protéger la foi contre les menaces internes causées par les hérétiques, par la violence, si nécessaire.

Les Moines Soldats

Bernard de Clairvaux saisit le paradoxe en disant que les chevaliers doivent être "plus doux que les agneaux, mais plus féroces que les lions". D'où la jonction du moine et du soldat. Il décrit le modèle de Templier comme "un chevalier sans peur et sûr de tous les côtés, car son âme est protégée par l'armure de la foi tout comme son corps est protégé par une armure d'acier".

Bernard de Clairvaux s'inspire également de la tradition de la guerre juste pour dire que, dans certaines circonstances, la violence des Templiers est permise et non pécheresse. "S'il se bat pour une bonne raison", écrit Bernard de Clairvaux, "l'enjeu de son combat ne peut jamais être le mal." Il déclare également dans sa Règle pour les Templiers : "infliger la mort ou mourir pour le Christ n'est pas un péché, mais plutôt une abondante prétention à la gloire".

Tableaux Templiers

Le Nom des Templiers

Les Templiers tirent leur nom de leur quartier général, situé sur le Mont du Temple à Jérusalem. C'est là que se trouvait le Temple de Salomon depuis environ 970 avant J.-C. jusqu'à sa destruction en 587 avant J.-C. par le Roi Nabuchodonosor, qui ramena les Israélites à Babylone et laissa Jérusalem en retrait. Des siècles plus tard, le Roi Hérode a commencé à reconstruire le Temple, qui est devenu le Temple d'Hérode, le Temple de Jésus ou le Second Temple. Il était à peine terminé qu'il fut détruit par les forces impériales romaines en 70 après J.-C. Plus de mille ans plus tard, les chevaliers d'élite envisagés par Bernard de Clairvaux établissent leur centre de commandement dans ce que certains appellent encore le Temple ou le Palais de Salomon.

L'Armée des Templiers

À son apogée, pendant les siècles de Croisade, les Chevaliers du Temple représentent environ 300 chevaliers. Beaucoup de ces chevaliers ont une vingtaine d'années lorsqu'ils se joignent à eux. Ils sont censés être célibataires, sans dette et de naissance légitime. Ils portent une tunique distinctive et brandissent des boucliers peints en blanc avec une croix rouge proéminente : la Croix des TempliersBernard de Clairvaux joue un rôle essentiel dans la fondation des Templiers et rédige la règle de l'ordre des chevaliers en 1128.

Les chevaliers sont rejoints par près de 1 000 soldats qui ne sont pas nobles et qui combattent à pied - une infanterie pour compléter la cavalerie des chevaliers, ainsi que des centaines d'hommes et femmes se mettant au service de l'Ordre : forgerons, écuyers, femmes pour cuisiner et s'occuper des vêtements, et armuriers. Certains des hommes de ce personnel de soutien sont comme des frères laïcs dans d'autres ordres religieux, comme les Bénédictins ou les Cisterciens

Armée des Templiers

Hiérarchie de l'Ordre du Temple

Les Templiers, tout comme les monastères et couvents médiévaux, sont dirigés de manière très collaborative. Ils détiennent des biens et des propriétés en commun, prenant des décisions à leur sujet et sur toutes les autres questions par vote. Ils sont dirigés par un Grand Maître choisi par les chevaliers lors d'une élection.

Cependant, les mœurs des Templiers attirent l'attention et font courir des rumeurs à leur sujet. Notamment pour les faits suivants :

- ils rendent compte directement au pape,
- ils sont exonérés d'impôts, ce qui devient de plus en plus gênant car ils accumulent d'immenses étendues de terre,
- ils attirent rapidement et en grand nombre des mécènes dans toute l'Europe occidentale,
- ils bénéficient finalement d'un réseau de près de 2 000 châteaux 🏰, maisons et domaines.

Chevalières Templiers

L'Organisation secrète des Templiers

Les Templiers tiennent toutes leurs délibérations et tous leurs votes dans le secret. Lorsqu'ils combattaient l'infidèle et protégeaient les pèlerins, ce n'était pas un problème. Mais lorsque les musulmans ont négocié des traités pour assurer un passage sûr aux pèlerins chrétiens en Terre Sainte, les Templiers commencent à perdre leur raison d'être. La prise de Saint-Jean d'Acre en 1291, marque la fin des Croisades en Terre Sainte. Ce qui permet aux Templiers de passer au chapitre final.

N'ayant nul besoin de se battre en Terre Sainte, les Templiers se détournent largement des affaires militaires pour se tourner vers les mondes de la finance, de la gestion de biens immobiliers, du commerce, de la banque. Ils sont probablement l'organisation la plus riche du Moyen Âge, et sont un acteur économique de premier plan en Europe.

Drapeau des Templiers

Le Roi de France contre les Templiers

Les Templiers ne sont pas sans détracteurs, parmi lesquels Philippe Le Bel, Roi de France, qui a régné de 1285 à 1314. Son action a été notamment de contrôler la papauté et l'Église en France en taxant le clergé sans l'autorisation papale.

En fait, il essayait de séparer la France catholique de l'autorité papale. Mais Philippe Le Bel s'est particulièrement heurté au pape Boniface VIII (1294-1303). Le Roi va jusqu'à envoyer des hommes armés pour intimider Boniface, parce que ce dernier prévoyait de l'excommunier. Boniface meurt peu après cette cette menace, peut-être à cause du choc provoqué par ce terrible épisode. 

Philippe Le Bel attaque Boniface

Bras de Fer entre le Roi et le Pape

Philippe Le Bel continue à faire pression sur la papauté, cette fois en la personne du faible pape Clément V (1305-1314), le premier de la lignée des papes du XIVème siècle qui réside en Avignon et non à Rome. Cette lutte entre la royauté et la papauté va finir par affaiblir les Templiers que le Roi accusent d'avoir perdu la Terre Sainte et de ne pas être à la hauteur de leurs propres exigences.

Pour les faire tomber, Philippe Le Bel exploite le mystère qui se cache derrière la pratique du secret des Templiers et les accuse de magie noire. En octobre 1307, le Roi de France organise une arrestation massive des Templiers et au cours des interrogatoires, certains avouent avoir fait blasphémé lors de rites d'initiation secrets.

Templiers en Ordre de Bataille

Le Concile de Vienne : la Chute des Templiers

L'acte final a eu lieu lors du concile général de l'Église qui se tient à Vienne de 1311 à 1312. Philippe Le Bel est aux commandes et veille à ce que seuls les évêques qui le soutiennent et non le pape Clément soient présents. Mais même sous la pression du Roi de France, les évêques votent à une large majorité contre l'abolition des Templiers et déclarent que les accusations portées contre eux ne sont pas prouvées.

Suite à cela, Clément V va à l'encontre de ses évêques et dissout les Chevaliers du Temple sur sa propre autorité papale. Il cède tout simplement face au Roi de France, dont il fait l'éloge de "notre cher fils dans le Christ, Philippe, l'illustre Roi de France", ajoutant remarquablement : "Il n'avait pas l'intention de réclamer ou de s'approprier quoi que ce soit des biens des Templiers".

Sweats Templiers

Nouvel Ordre : les Chevaliers de l'Hôpital

Mais au lieu de remettre leur argent et leurs biens à Philippe Le Bel, comme le voulait le Roi, le pape fait preuve de courage et confie les biens Templiers aux Chevaliers de l'Hôpital (les Hospitaliers). Philippe Le Bel reçoit sa part, bien sûr, mais il n'a pas entièrement gagné. Le pape Clément V n'a jamais dit si les Templiers étaient coupables ou non d'hérésie ou d'autres crimes.

Récemment, en 2001, la chercheuse du Vatican, Barbara Frale, a découvert dans les archives un document exceptionnel : le parchemin de Chinon. Il détaille les dossiers de procès et d'enquêtes de 1307 à 1312 et prouve que le pape Clément croyait fermement en 1308 que l'accusation d'hérésie contre les Templiers n'était pas vraie. Mais Clément V n'était tout simplement pas assez fort pour protéger les Templiers de l'anéantissement.

Histoire des Templiers

Le Templier Jacques de Molay au Bûcher

Finalement, en 1314, le Grand Maître des Templiers Jacques de Molay fut brûlé sur le bûcher comme hérétique après s'être rétracté de ses aveux et avoir clamé son innocence. Alors qu'il se rendait sur le bûcher pour y mourir, le Jacques de Molay aurait lancé une malédiction selon laquelle il rencontrerait le pape Clément et le Roi Philippe avec Dieu dans un délai d'un an. De fait, le pape et le Roi sont morts peu après. L'histoire des Templiers se termine ainsi, mais sa réputation de secret a fait perdurer les mythes qui les entouraient.

Jacques de Molay au Bûcher

Les Templiers en 2020

Il existe aujourd'hui des versions de ces ordres, dont certaines remontent directement aux ancêtres du Moyen Âge. D'autres ont choisi d'imiter les ordres originaux mais de les adapter à notre époque. Ces communautés contemporaines, composées d'hommes et de femmes, se sont tournées vers des projets caritatifs et philanthropiques de grande envergure et vers la protection des chrétiens en danger. Un exemple de version adaptée des Templiers médiévaux est l'Ordre Souverain Militaire du Temple de Jérusalem. D'autres expressions modernes des ordres médiévaux sont les Chevaliers de Colomb, les Chevaliers et Dames de Malte (dont la lignée remonte aux Hospitaliers de Saint-Jean) et les Chevaliers du Saint-Sépulcre.

Templiers en 2020

Afin de tout-à-fait conclure cet article, nous souhaitions te présenter une boutique en ligne qui te plaira sûrement. Il s'agit de Croix Templiers, Bagues, Bijoux, Figurines et T-Shirts t'y attendent. Bonne visite !

 Merci, l'ami, d'avoir lu jusqu'au bout, n'hésite pas à nous faire part de ton ressenti dans la section 'commentaires'. A bientôt. 

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés

NOS MONTRES